mercredi 7 janvier 2015

Discours de Valérie Boyer pour les voeux du CCAF



Chenoravor nor dari yev sourp dzenount

Je vous souhaite en arménien une bonne année et un joyeux Noël.
Si le Maire était présent, il vous dirait, en arménien Guenatz : A LA VIE, A LA SANTE

Je suis heureuse de le représenter ce soir en cette année si importante pour tous les Arméniens du monde et en particulier les Arméniens de Marseille

Heureuse d'être avec vous, Monsieur le Consul,
avec vous les Présidents du CCAF,
avec vous tous les élus qui portent les Arméniens dans leur cœur, que vous soyez d'origine arménienne ou non, ce soir et cette année, nous serons tous des Arméniens.

Je voudrais saluer le travail au quotidien des membres du CCAF et des associations adhérentes.
Notre volonté à tous c'est de faire de 2015 une année Capitale pour l'Arménie et les Arméniens,

Capitale pour la mémoire du peuple arménien qui a tant souffert,
Capitale pour la reconnaissance de ce combat que vous menez depuis 100 ans.
Ce combat nous rassemble tous autour des valeurs de tolérance, de fraternité et
Quelles que soient nos convictions, c'est ensemble que nous allons réussir, en additionnant nos forces.

Car ce qui nous uni est plus fort que ce qui nous divise.
C'est en vertu de ce principe, auquel nous adhérons tous ici, que Jean-Claude GAUDIN a souhaité que 2015 soit à Marseille et sur l'ensemble du territoire :
Une Année de recueillement, de mémoire, de culture et d'échange pour la communauté arménienne.

Comme vous le savez, l’actualité démontre une fois de plus l’urgence de l’adoption d’une loi pénalisant le négationnisme des génocides et crimes contre l’humanité. Les persécutions contre les Chrétiens d’Orient, particulièrement tragiques et choquantes en Irak notamment, rappellent à nos mémoires le souvenir douloureux du génocide des Arméniens, près de cent ans après les faits.

A l’heure où nous nous apprêtons à commémorer le centenaire du génocide arménien, aucune loi ne permet encore en France de réprimer le négationnisme des génocides et crimes contre l’humanité, à l’exception de la Shoah. Alors que deux génocides sont reconnus officiellement par la France, la Shoah et le Génocide arménien de 1915 (reconnu par la loi du 29 janvier 2001), seule la négation de la Shoah est à ce jour sanctionnée par la loi Gayssot, instaurant ainsi une concurrence des mémoires. Cette situation injuste doit cesser, tant pour la pénalisation de la négation du génocide de 1915 que pour celle des autres génocides que la France souhaitera reconnaître.

J’avais déjà en 2011 proposé un texte de loi s'inspirant du droit communautaire sur la lutte contre le racisme et la répression des génocides reconnus par la loi Française dont le génocide arménien. Cette proposition de loi avait été adoptée par tous les groupes de l'Assemblée nationale comme du Sénat le 23 janvier 2012. Malheureusement, elle a fait l’objet d’une censure du Conseil Constitutionnel, au motif que le négationnisme relevait de la liberté d'expression, mettant fin à cette tentative de pénalisation du négationnisme.

Pourtant, l’opportunité de réprimer le négationnisme de tous les génocides et crimes contre l’humanité fait écho à une actualité brûlante, dans le contexte des persécutions contre les Chrétiens d’Orient en Irak notamment, qualifiées par Ban Ki-Moon de crimes contre l’humanité.

Il s'avère nécessaire et urgent de légiférer afin de proposer une nouvelle qualification du négationnisme. Je me suis ainsi appliquée à travailler à la rédaction d’une version alternative et innovante, fruit de la réflexion que j’ai menée avec d’éminents juristes pénalistes. C'est pourquoi je propose que le négationnisme ne soit plus considéré par la loi comme un simple abus de la liberté d’expression mais comme un délit contre l’humanité.

Ceci présente un double avantage : sortir de l'impasse juridique opposée par le Conseil Constitutionnel sur la liberté d'expression et protéger tous les génocides reconnus par notre droit.

C’est donc un dispositif législatif enrichi que j’ai proposé à cosignature à mes collègues députés, une loi apolitique visant l’intérêt général, qui s’affranchit des considérations partisanes. Ce texte a vocation à l’universalité car il protège tous les génocides reconnus par la loi française et s’inscrit dans le respect des Droits de l’Homme. Cette loi est disponible sur le site de l’Assemblée nationale et je souhaite que son examen intervienne prochainement car cette cause me tient particulièrement à cœur mais elle est surtout indispensable à notre engagement et notre droit.

C'est dans cet objectif que nous travaillons en complémentarité avec le CCAF.
Comme en 2013, capitale de la Culture, le Maire a souhaité associer l'ensemble du monde associatif, l'ensemble du monde économique et des collectivités pour la réussite de cet événement.

Je tiens à remercier tout particulièrement :
Madame Maryse JOISSAINS,
Monsieur Bernard HATEMIAN, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie Franco-Arménienne,
Mais aussi Angèle MELKONIAN, présidente de Marseille Provence Arménie 2015,
Garo HOVSEPIAN, (Région)
Emilie DOURNAYAN, (Communauté Urbaine)
Didier PARAKIAN, (ville de Marseille)
qui vont œuvrer pour faire de cette année une année si particulière.

Remercier également de très nombreux élus et Maires du territoire qui habilleront en avril 2015 leur Mairie ou leur institution à la Mémoire des 1,5 millions de victimes du génocide Arménien.
Ce sera donc un immense appel de notre territoire à la reconnaissance du génocide arménien.

En ce début 2015, formons le vœu, qu'avec ces manifestations, ces événements prévus le long de l'année, ce cri du coeur des Marseillais et des habitants du territoire en faveur du peuple arménien finira par convaincre la Turquie de prendre la bonne décision.

Sur les 11ème et 12ème arrondissements, j’ai tenu à mettre en lumière un projet de plantation d’une centaine d’arbre autour du monument du génocide. Cette plantation, organisée par l’association de la Croix Bleue des Arméniens de France, représentera un acte symbolique fort de cette année de commémoration.

De nombreux autres projets viendront également rythmer cette année importante.
Je tiens à tous vous remercier de votre présence ce soir et souhaite que cette année reste gravée dans nos cœurs et nos esprits pour que jamais, les victimes de ce génocide ne soient oubliées.

Merci de votre attention.