dimanche 25 janvier 2015

Discours de Valérie Boyer pour la présentation des voeux 2015 : la France a besoin de patriotisme

Mes chers amis, que vous dire de plus ?
J'ai déjà beaucoup parlé, peut-être trop, mais c'est mon enthousiasme avant tout qui s'exprime, celui d'être à votre service, chaque jour, celui de mériter votre suffrage chaque jour, celui de vous faire aimer votre secteur comme je l'aime.
Mes chers amis, j’ai le plaisir sincère de vous souhaiter une belle année, une année d’épanouissement dans votre vie personnelle, professionnelle, associative, culturelle ou sportive, mais c’est aussi l’occasion de vous remercier pour votre engagement, à quelque niveau qu’il soit, en faveur de nos arrondissements, de Marseille, de la Région et de la France.
Il m’importe également de rappeler que rien ne serait possible et rien ne sera possible sans le soutien de l’équipe municipale des 11ème et 12ème arrondissements, Adjoints et Conseillers, qui s'impliquent et s'engagent chaque jour, à chaque instant. Le maître mot de notre action est la proximité, c'est pourquoi nous sommes présents au maximum sur le terrain : Assemblées Générales de CIQ, Conseils d'école, visites de quartier, rencontres associatives, etc.
Enfin, je voudrais adresser tous mes voeux à notre Sénateur-Maire Jean-Claude Gaudin. Monsieur le Maire, votre victoire éclatante en 2014 a donné un coup d'élan dans tous les secteurs qui sont portés par la réussite remarquable de notre Ville, réussite qui n'aurait pas été possible sans votre détermination et votre foi en Marseille et tous ici, dans la salle ou sur l'estrade, nous partageons cet enthousiasme et sommes des ardents défenseurs, des militants acharnés de notre ville et de notre si beau pays.
Pour que vous soyez les ambassadeurs de l'excellence marseillaise, j'ai voulu faire un petit clin d'oeil en remettant à chacun d'entre vous un authentique savon de Marseille. C'est à la fois un symbole de l'excellence marseillaise et un symbole de mon mandat de Députée-Maire car mon travail à l'Assemblée nationale est toujours inspiré et porté par vous, bien sûr mes très chers amis, par notre Ville, par notre territoire, par notre Région.
Toute mon action tant à la Mairie qu'à l'Assemblée nationale, c'est du made in Marseille et souvent ça devient du made in France, tant dans le domaine de la santé, que pour le PPRT Arkema ou la rénovation urbaine, et bien d'autres sujets.
Il en est ainsi pour tous mes collègues députés : Roland, Guy, Dominique avec qui j'ai beaucoup de plaisir à travailler en commission des affaires sociales, dans l'hémicycle, le jour et bien souvent la nuit, comme vous pouvez le constater à la télé.
Je ferme la parenthèse, même si elle est importante et je poursuis mon propos en remerciant chaleureusement le personnel de la mairie de secteur qui, chacun dans sa partie, remplit les tâches qui lui sont confiées avec sérieux et dévouement pour vous.
Je voulais exprimer aussi ma gratitude à mes collègues élus qui m'ont fait l'amitié de leur présence à mes côtés ce soir.
Comme je le répète souvent, la politique ce n'est pas un métier, nous ne sommes pas élus pour nous accrocher à nos postes et notre seule légitimité vient des actions et des solutions que nous apportons à l'amélioration de votre quotidien.
Nous avons la chance de vivre dans un pays formidable et le bonheur d'être Marseillais. Notre pays, c'est celui de la liberté, de l'accueil, de la créativité, des arts, de la culture et de l'excellence.
Alors, je suis choquée quand j'entends dire que mon pays, c'est celui de l'apartheid !
Mon pays, il accueille, il éduque, il soigne, il nourrit, il protège, il permet à tous, y compris aux hommes et aux femmes d'être traités à égalité.
Il y a quelques jours, nous étions tous meurtris, en deuil, et nous avons manifesté ensemble dans un grand élan fraternel qui nous donne encore plus de raisons d'espérer.
Mais si certains se sont sentis Charlie, moi je dois vous dire que si j'ai manifesté, c'est surtout parce que je suis française. Française, et fière de ces trois mots qui nous rassemblent : Liberté, Egalité, Fraternité ; et de ces couleurs que nous arborons fièrement ce soir sur nos écharpes : le Bleu, le Blanc, le Rouge.
La liberté c’est comme l’air. On la respire sans y penser. Mais si elle vient à manquer, chacun étouffe et se débat aussitôt pour la retrouver. Mais la liberté ne peut grandir que dans la paix, la paix est impossible sans le respect des consciences et la sécurité.
Alors oui, c'est de patriotisme dont la France a besoin aujourd’hui. Il nous faut avoir une foi commune dans le destin de notre nation et des valeurs de la République.
Vive la République, vive Marseille, vive la France !