mercredi 31 décembre 2014

Réaction de Valérie Boyer à la présentation des Voeux du Président de la République

Les bavardages d'un président discrédité ne peuvent rassurer les français !

En cette soirée de réveillon, François Hollande aborde une nouvelle année d'immobilisme et d'inertie alors que les français ont plus que jamais besoin d'un Président combatif et réformateur.

La mise en scène d'un président au travail derrière un bureau vide comme ses engagements non tenus ne peuvent hélas rendre confiance aux français !

Qui peut croire aujourd'hui le Président de la République qui nous avait promis une inversion de la courbe du chômage et le retour de la croissance en 2012 et 2013 ?

La courbe du chômage ne s'est pas «inversée» en 2013, bien au contraire, puisque depuis mai 2012, la France compte 1 000 chômeurs supplémentaires par jour. Soit près de 909 900 personnes qui se sont inscrites à Pôle emploi.

François Hollande a réussi, en 2 ans et demi, à diviser les Français qui doivent faire face à un matraquage fiscal !

Stoppons la division de la France et des français et concentrons-nous sur les foyers de dépense et de déficit les plus importants.

Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c'est de dresser les Français les uns contre les autres par exemple en détruisant fiscalement la famille.

Depuis plus de deux ans, le Gouvernement n'a de cesse de lancer des attaques répétées contre les familles en détruisant la politique familiale et en portant atteinte en premier lieu à l'autonomie des femmes.

Depuis que ce gouvernement est en place, c’est plus de 40 milliards d’euros d’impôts supplémentaires qui pèsent sur les français.

Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c'est le rejet massif de la politique de François Hollande (PJL santé, loi Macron…) et de sa personne.


Rappelons que l'objectif initial de la loi Macron était de «déverrouiller l'économie française».
Comment, en déréglementant comme il le fait les professions réglementées, le Gouvernement va-t-il relancer l'emploi ?


Aujourd'hui, partout en France, sur tout notre territoire, il y a une équité du service juridique.
Déréglementer les professions réglementées en les financiarisant, cela pourrait entraver l'accès au droit de la part de nos citoyens.


Les solutions existent, encore faut-il avoir le courage de les appliquer : réforme du marché du travail et de la formation professionnelle, baisse des dépenses publiques et des prélèvements, incitation au travail, à l'investissement et à l'innovation.


Le changement c'est ... Vivement 2017 !