jeudi 19 juin 2014

Enfin l'évacuation du terrain occupé illégalement à Saint-Jean-du-Désert !

Enfin, après des mois d’interventions auprès des collectivités concernées et des services de l’Etat, le terrain occupé illégalement à Saint-Jean-du-Désert dans le 12ème arrondissement a été évacué à la première heure ce matin. Le squat avait pris au fil du temps une ampleur considérable, engendrant d’importantes nuisances et incidents avec les commerçants de Saint-Barnabé, de La Boiseraie et de la Fourragère. Je suis soulagée pour l’ensemble des habitants du quartier qui étaient excédés à juste titre par cette situation.

Dès l’annonce de l’expulsion, je suis immédiatement intervenue auprès de la Communauté Urbaine à laquelle le terrain appartient pour demander à ce qu’il soit impérativement clôturé et sécurisé afin d’empêcher toute prise de possession illégale des lieux à l’avenir.

Des services spécialisés et des engins de chantier vont désormais évacuer les tas de débris et d’immondices qui s’amoncellent sur le terrain, occasionnant des préjudices importants pour les riverains qui subissaient notamment les fumées toxiques des plastiques brûlés en continu.

J’ai été de plus rassurée de constater que l’expulsion s’est déroulée dans le calme car seules quelques personnes n’avaient pas encore quitté les lieux ce matin.

Un grand nombre de personnes ayant élu domicile à Saint-Jean-du-Désert ont été relogées dans le centre-ville alors que d’autres quitteront la commune. Il faut bien entendu se préoccuper de celles qui n’ont pas trouvé de solution d’hébergement à l’issue de cette expulsion et qui sont donc susceptibles d’aller occuper d’autres terrains.

C’est la raison pour laquelle j’ai initié avec mon équipe une démarche d’identification des terrains inoccupés dans le secteur susceptibles d’être squattés illégalement et qui doivent donc faire l’objet d’une sécurisation en conséquence.

Je regrette en tout cas le temps qu’il a fallu pour régler cette situation déplorable et délétère et ce malgré mes interventions répétées depuis près d’un an, avec Roland Blum, Adjoint au Maire de Marseille. Je reste également attentive à la situation du terrain squatté dans le 11ème arrondissement à La Pomme-Avenue du Docteur Heckel. J’ose espérer que cette fois-ci, suite à ma demande d’évacuation, la Préfecture prendra ses responsabilités dans des délais plus raisonnables pour le bien de tous.