mardi 17 juin 2014

Communiqué de presse de François Fillon relatif à la grève initiée par la SNCF

                                                                                                                                  Paris, le 16 juin 2014 



                                                    Communiqué de François Fillon 

                                                    6ème jour de grève à la SNCF 



Depuis six jours, les usagers de la SNCF sont les otages d’une minorité de grévistes 
qui se fiche de l’intérêt général. Aujourd’hui, des milliers de bacheliers sont les 
victimes d’un corporatisme archaïque qui méprise l’avenir de ces jeunes lycéens. 

La culture du «chacun pour soi» est en train de détruire la SNCF, de miner la 
confiance des Français à l’égard de leurs services publics et elle menace des pans 
entiers de notre économie qui est déjà mal en point. 

J’accuse cette minorité de grévistes et certains de leurs syndicats de jouer la 
politique du pire pour de faux motifs car le risque de privatisation de la SNCF n’est 
pas à l’ordre du jour. 

J’accuse le gouvernement d’improvisation sur son projet. Il est perdant sur tous les 
fronts. D’un côté, en tentant de restaurer le monopole de la SNCF sur ses réseaux, il 
a ouvert une boite de pandore dans laquelle s’engouffrent tous les conservatismes ; 
de l’autre côté, son projet bloque la modernisation nécessaire du transport ferroviaire 
qui a besoin de s’ouvrir à d’autres opérateurs européens. 

Ce conflit est le reflet d’un pays en panne, sans perspectives capables de 
transcender les intérêts catégoriels. Il est à l’image d’un pouvoir flottant qui est 
devenu la cible des revendications les plus radicales.