mardi 17 juin 2014

52 ans après les faits, je suis consternée par le mépris à l’égard des Rapatriés

Je regrette sincèrement l’absence de majorité sur le vote de la proposition de résolution de mon collègue Député Elie Aboud, relative au maintien d’une administration et de politiques publiques dédiées aux Français rapatriés d’outre-mer pour prendre en compte leurs ultimes et légitimes attentes, qui vient d’être rejetée à l’Assemblée nationale.

Les quelques voix manquantes enterrent une proposition de résolution qui s’inscrivait pourtant dans une double-logique salutaire de reconnaissance et d’aide sociale. D’abord, en proposant la création d’un collège représentant les Français rapatriés d’outre-mer au sein du futur Office national des anciens combattants, des victimes de guerre et des Français rapatriés d’outre-mer. Ensuite, en appelant à poursuivre l’action sociale destinée aux harkis. Enfin, elle proposait une aide aux familles souhaitant retrouver les traces des personnes présumées décédées en Algérie.

En définitive, cette proposition de résolution ne faisait que renforcer la reconnaissance de la nation à l’égard des Français rapatriés d’outre-mer. C’est pourquoi je suis particulièrement attristée de voir que 52 ans après les faits, on continue à ergoter et à faire preuve de mépris à l’égard des rapatriés.

Je rappelle par ailleurs que selon l’Agence nationale pour l’indemnisation des Français d’outre-mer, les mesures successives de solidarité nationale n’ont indemnisé, en moyenne, que 58 % des préjudices subis, notamment concernant les biens spoliés et je souhaite que ce dossier puisse enfin avancer au niveau national.

Sur le plan local, je m’engage également à défendre la cause des rapatriés.

Ainsi, le dimanche 22 juin prochain, je me joindrai à Madame Sarah Boualem, Adjointe au Logement et petite-fille du Bachaga Boualem, ainsi qu’à de nombreux élus de la Mairie des 11ème et 12ème arrondissements, pour participer au rassemblement des Pieds-Noirs organisé chaque année par l’association ARAPA (Association des Rapatriés du Pays d'Arles) à l'occasion du traditionnel méchoui au Domaine de Beauregard au village de Mas-Thibert, près d’Arles.

Plus de 800 personnes sont attendues à cet événement à la mémoire du Bachaga et des rapatriés.

Plus largement, la mairie des 11ème et 12ème arrondissements souhaite s’investir dans l’organisation des manifestations organisées par les associations de rapatriés, afin de les aider du mieux possible sur le secteur et défendre leurs intérêts.

Ainsi, vendredi 27 juin à 17h, je déposerai une gerbe devant le Mémorial des Rapatriés d’Algérie sur la Corniche du Président-John-Fitzgerald-Kennedy pour la journée nationale de l’exode des Français d’Algérie.

Entre 1956 et 1963, le rapatriement a concerné près de 1,5 million de personnes dont la moitié vivait en Algérie. La concentration des retours sur une courte période donne la mesure de la tragédie vécue par des dizaines de milliers de familles, des disparus, présumés décédés et des Harkis abandonnés et massacrés.

Enfin, samedi 5 juillet, j’assisterai à la messe célébrée en l’église du Sacré-Cœur en hommage aux victimes du massacre d’Oran qui a fait  700 morts et disparus européens innocents.