mercredi 5 février 2014

Question écrite de Valérie Boyer à Manuel Valls pour le retrait des timbres à l'effigie de Femen

Madame Valérie Boyer interroge Monsieur le ministre de l'intérieur sur l'éventualité d'un retrait de la vente des actuels timbres postaux à l'effigie de la « Marianne de la Jeunesse », dessinée par Olivier Ciappa sous les traits d'Inna Shevchenko, leader et fondatrice du mouvement Femen et choisie par François Hollande pour la durée de son quinquennat.

Face aux messages de haine et d'intolérance portés par Femen, comment accepter alors que les valeurs de la République française soient incarnées par une allégorie qui véhiculerait l'intolérance, la provocation et l'appel à la violence ? Les propos d'Inna Shevchenko en réaction au choix du timbre constituent une preuve supplémentaire de l'état d'esprit de cette femme, aux antipodes de la cause féministe qu'elle dessert totalement : « Désormais, tous les homophobes, extrémistes, fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre ».

La semaine dernière, la Poste a refusé un timbre dédié au tableau de Courbet «L'Origine du monde» jugeant que l'œuvre pourrait «heurter la sensibilité des enfants». En gardant plus longtemps nos timbres postaux à l'effigie de la leader de Femen, c'est la sensibilité de nombreux Français qui se trouve heurtée.

A l'issue de son voyage au Vatican, François Hollande a rappelé que «la France défend partout la liberté religieuse par rapport à tous les actes antireligieux qui peuvent être commis. Ça vaut pour toutes les religions, nous avons la même détermination contre tous les actes, sans distinction».

Pourtant, les actes de profanation de l'église de la Madeleine à la veille de Noël perpétrés par le mouvement Femen se sont produits dans l'indifférence générale. La Femen Eloïse Bouton, déguisée en vierge Marie, a ainsi symboliquement avorté du fœtus de Jésus afin de faire "annuler Noël". De même, l'appel au terrorisme version Femen sur leur compte twitter à l'occasion du nouvel an n'a suscité que peu d'émotion au sein de la classe politique.

Madame Valérie Boyer a interpellé le Ministre de l'Intérieur le 31 décembre 2013 pour avoir des réponses quant aux modes de financement du mouvement Femen suite aux rumeurs concernant des aides et subventions publiques qui leur seraient octroyées notamment par la Mairie de Paris. La réponse à cette question est attendue par un grand nombre d'observateurs, journalistes et citoyens.


 En retirant de la vente le timbre-poste actuel, le Gouvernement apaiserait les tensions, permettrait au débat de s'affranchir des provocations stériles et porterait un message pacificateur destiné à tous les croyants et à tous les Français qui se sentent méprisés. Madame Valérie Boyer souhaiterait par conséquent savoir si le Gouvernement fera le choix de se délester d'un timbre postal qui, malgré sa petite taille, reste un grand symbole.