mardi 12 novembre 2013

La Gauche a l’indignation bien sélective...

Question au Gouvernement de Valérie Boyer du Mardi 12 novembre 2013 :

« Hier, vous avez récolté ce qui a été semé et c’est la France, sa mémoire qui est offensée. Lorsque le Président Sarkozy a été conspué en quittant l’Elysée sous les sifflets de la Gauche au nom de la liberté d’expression, vous n’avez pas protesté et aujourd’hui vous souffrez d’être désavoué par les Français.

Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c'est de dresser les Français les uns contre les autres par exemple en détruisant fiscalement la famille.
Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c’est d’assommer les Français d’impôts : 55 milliards d’augmentation en 18 mois.
Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c’est le rejet massif de la politique de François Hollande et de sa personne.
Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c’est d’instrumentaliser la visite du Premier Ministre à Marseille aux frais de l’Etat pour recoller les morceaux d’un PS en déliquescence, pour aller consoler une sénatrice et conforter le candidat du gouvernement.
Ce qui porte atteinte aux Français, c’est de soumette le soutien aux Marseillais à un chantage électoral.

La Ville de Marseille n’a pas attendu les élections municipales pour conduire avec succès de grands projets et valoriser son potentiel : Marseille capitale de la Culture en 2013, les chantiers Euroméditerranée et de rénovation urbaine, une ville devenue touristique, la création du parc des Calanques, la réunion des universités Aix-Marseille, l’excellence médicale tant publique que privée, et la liste est encore longue... 

Pour Marseille, vous nous offrez un catalogue de projets recyclés qui ne verront pas leurs effets avant 10 ou 20 ans. Les aides que vous promettez sont conditionnelles et viendront compléter des engagements que les collectivités prendront. Il n’y a rien pour les entreprises du secteur marchand et vous prenez les Marseillais en otage !

Ce qu’il faut aujourd’hui, ce n’est pas promettre mais agir en urgence pour le quotidien des Marseillais. Qu’en est-il de la SNCM, de l’hôpital, de l’opéra, de la réalité des renforts de police ? Deux exemples significatifs :
  • Pour le tramway, en dehors de crédits d'études, rien n’a été annoncé en matière de financement, et le Boulevard Urbain Sud promis n’en est même pas au stade de l’étude.
  • Concernant la sécurité, à peine avez-vous regagné la capitale que les faits vous ont désavoué durant le weekend avec deux nouveaux règlements de compte et une policière sauvagement agressée.
Les Marseillais sont comme tous les Français : ils demandent moins d’impôts et plus de travail, pas des promesses financées par l’emprunt et donc l’overdose fiscale. La gauche a les pleins pouvoirs pour conduire sa politique mais à l’évidence elle n’y parvient pas. Finalement, une seule question, Monsieur le Premier Ministre, quand allez-vous enfin écouter le peuple de France ? »


Valérie Boyer