lundi 21 octobre 2013

Réaction de Valérie BOYER et Roland BLUM suite au second tour de la primaire socialiste

La foire d’empoigne qu’ont donné à voir les candidats à la primaire socialiste entre les deux tours, les sifflements provoqués par Mme Ghali à l’encontre de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, à l’encontre de sa propre famille politique, le service très minimum consenti par elle à la fédération de la rue Montgrand hier soir, signent la désunion du Parti socialiste.

Les marseillais voulaient un débat entre des projets politiques, ils ont assisté à un combat de politiciens, pour ne pas dire de chiffonniers. Une fois de plus, Marseille est donnée en pâture aux médias qui font leurs choux gras de cet affligeant spectacle. Comme si à Marseille, la politique c’était ça. Comme si les petits arrangements entre amis, les déclarations à l’emporte pièce  prévalaient ici sur les idées, sur les propositions.

Cette séquence a fait mal à Marseille. Nous ne laisserons pas notre ville être la victime des batailles d’égo. Nous ne les laisserons pas confisquer le débat politique de fond. Et c’est une UMP unie et solide qui jettera toutes ses forces dans la bataille de mars 2014 contre Patrick Mennucci, le candidat du gouvernement qui a voté toutes les Lois de matraquage fiscal et soutenu la politique d’immigration incohérente de Hollande, l’indigné de la dernière heure qui a été salarié de Jean-Noël Guérini à la société d'économie mixte du département "13 développement" pendant des années et son attaché parlementaire. Nous sommes en ordre de marche et défendrons pied à pied Marseille et les marseillais, contre la politique de François Hollande, contre un Patrick Mennucci qui s’en fait le docile vassal. L’UMP, c’est le choix de l’honnêteté et de l’intégrité.

Roland BLUM et Valérie BOYER